ZAEF
Humoriste


Zaef a reçu une aide à la création en partenariat avec l'atelier des artistes en exil


Quel est votre parcours artistique ?
D’abord chauffeur de taxi à Abidjan puis à Libreville au Gabon, ce sont mes clients, à qui j’ai commencé à raconter des histoires, qui m’ont convaincu de monter sur scène. Je me suis formé auprès d’Omar Defunzu, et me suis produit dans diverses émissions TV, festivals et scènes consacrées à l’humour et j'ai remporté des prix. J’ai aussi participé à l’écriture des séries TV Taxi Sagate et Kongossa Télécom pour Canal + Afrique et TV5 Monde. Arrivé en France en 2016, je joue sous le nom de Zaef Le Sans Papiers. En août 2019, je crée mon spectacle « Il fallait bien que quelqu'un le dise ». Je suis membre de l'atelier des artistes en exil.

 

Quel regard portez-vous sur votre profession ?
Pour moi, il est aujourd’hui difficile de traiter tous les sujets sans marcher sur des oeufs.
Il est aussi important de se démarquer avec un style différent car beaucoup de sujets ont deja été abordés. La concurrence est rude. J’ai aussi l’impression qu’en tant qu’humoriste nous manquons de couverture médiatique malgré les réseaux sociaux. Il est aussi important d’avoir une moralité derrière son travail.

 

Comment vous voyez vous dans 5 ans ? dans 10 ans ?
Mon objectif premier est de trouver une résidence dans une salle pour pouvoir jouer plusieurs fois par semaine. Mon objectif sur le long terme serait de remplir l’Olympia, parce qu’il n’est pas interdit de rêver.

 

Photographie : Kamila K.Stanley